Le Staurosira venter

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

Le Staurosira venter

Les diatomées sont des organismes microscopiques unicellulaires. Ils se trouvent dans des milieux qui contiennent de l’eau comme les océans, les lacs, les ruisseaux, la glace, le sol et même l’écorce d’arbre.

L'image : Un coup d'oeil microscopique sur Staurosira venter.

 
Point de vue en 3D : Le Staurosira venter
 
 
Un gros plan d'une cellule de Staurosira venter.

L’importance de l’espèce

Le Staurosira venter (son nom scientifique) est une diatomée qui a évolué pour s’épanouir dans les eaux douces ultra-froides de l’Arctique (des eaux sans sel). Quoique cette forme de vie soit très petite, elle compte parmi les espèces  les plus communes de l’Arctique. Il est à la base de la chaîne alimentaire sur laquelle dépendent bon nombre de formes de vie dont l’habitat est le milieu aquatique d’eau douce de l’Arctique.

 

Le changement climatique et les réseaux alimentaires

Au fur et à mesure que l’Arctique se réchauffe, il est  fort probable que la température des eaux de divers lacs arctiques change aussi. Le Staurosira venter a été capable de survivre et de s’épanouir en eaux glaciales. Comme ces eaux se réchauffent, les scientifiques ne savent pas ce qui arrivera au Staurosira venter ou aux réseaux alimentaires qui dépendent de sa présence.

La température de l’eau de lac est directement liée à la température de l’air. Cette illustration montre la température de l'air sur Terre et comment il est prédit qu'elle changera sur une période de 90 ans. En déplaçant le curseur de gauche (2000) vers la droite (2090), la température de l'air augmente. Alors que le climat se réchauffe, la température de l'air va augmenter d'au moins 12°C.

Une carte montrant une augmentation de la température de l'air en 12C entre les années 2000 et 2090.
 
2090 (*température de l'air prévue)
2000 (température de l'air)
 
 

La photosynthèse

 

Le Staurosira venter est unique puisqu’il érige une coquille-verrière en silice autour de lui-même pour se protéger. Au-travers de son domicile-verrière, le Staurosira venter capte l’énergie du soleil qu’il convertit ensuite en oxygène et en nutriments.

 

Les archivistes de fossiles

 

Les diatomées existent depuis des millénaires et se trouvent préservées dans le registre fossile. Étant donné que la coquille du Staurosira venter se détériore rarement, les scientifiques peuvent déterminer l’époque où il a existé dans le passé. Ils peuvent aussi apprendre quel était le climat durant une période déteminée en se basant sur  les différentes espèces et les qualités de la coquille préservée.

 

Les indicateurs de changement climatique

 

Aujourd’hui, les scientifiques se servent du Staurosira venter comme espèce indicatrice de changement climatique. Une espèce indicatrice est une espèce dont se servent les scientifiques pour déterminer l’état de santé global d’un certain environnement. Le Staurosirella pinnata devient rapidement moins dominant dans l’Arctique, ce qui est un puissant indicateur de changement dans l’évolution de l’environnement arctique.