Paludella squarrosa

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

Paludella squarrosa

Avec une loupe simple ou un microscope, nous voyons des détails et des merveilles incroyables que nous ne remarquerions même pas autrement. C’est particulièrement vrai dans le cas de petites plantes comme les mousses. Dans leur ensemble, toutefois, chacune de ces plantes courtes compose la presque totalité des végétaux qui couvrent une bonne partie de l’Arctique, en plus de jouer un rôle prépondérant dans la fonction de l’écosystème.

L'image : L'espèce Paludella squarrosa

 
Point de vue en 3D : Paludella squarrosa
 
 
Un gros plan de Paludella squarrosa.

L’importance de l’espèce

La plante (dont le nom scientifique est Paludella squarrosa) croît dans des endroits détrempés où l’eau s’infiltre. Cette espèce de mousse a des feuilles courtes et pointues qui poussent en rangées sur une tige, et qui sont recourbées en arrière et vers le bas en direction du sol, créant un effet de cure-pipe. Avec une loupe puissante, vous pouvez voir que les tiges sont recouvertes de poils denses et foncés.

 

L'accès à l'eau

La plupart des plantes obtiennent de l’eau en prenant l’humidité de leurs racines et en la transportant intérieurement au haut de la plante. L’espèce Paludella squarrosa est complètement différente.

Cette image interactive montre comment la Paludella squarrosa peut transporter l'humidité vers le haut de la plante. Déplacer le curseur de gauche à droite, la plante tire l'eau qui est à l'extérieur de sa structure avec sa tige.

Une image interactive montrant comment se déplace mousse morillon-fen eau le long de l'extérieur de la tige de la plante.
 
 
 

La petite mousse des marais

 

Le nom scientifique de l’espèce est Paludella squarrosa. « Palud » vient du mot latin signifiant « marais » et fait référence à l’habitat détrempé qu’affectionne l’espèce. La fin « ella » fait allusion à la petite taille de la plante, donc le nom se traduit par « petite mousse des marais ».

 

Une plante circumpolaire

 

L’espèce Paludella squarrosa a une aire de répartition circumpolaire. Pendant l’expédition la plus récente, Jennifer Doubt, une botaniste au Musée canadien de la nature, a trouvé cette mousse au Canada et au Groenland. Si l’expédition avait poursuivi son voyage vers l’ouest, il aurait été également possible de voir cette mousse en Europe et en Asie, surtout en Sibérie.

 

Un spectacle à réjouir le coeur

 

Quand vous l’examinez de près, cette plante est une des mousses les plus remarquables des environs. Elle ne ressemble à aucune autre mousse ! Ce n’est pas surprenant qu’elle soit la favorite de plusieurs bryologistes, le nom que l’on donne aux gens qui étudient les mousses !