Le Nostoc commune

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

Le Nostoc commune

Cette algue bleue-verte, aussi connue du nom de cyanobactérie, est à l’origine de tout organisme qui utilise la photosynthèse pour produire de l’énergie. Aujourd’hui, les algues sont d’importantes contributrices à la production énergétique mondiale.

L'image : Une espèce d'algue connue sous le nom de Nostoc commune.

 
Point de vue en 3D : Le Nostoc commune
 
 
Une vue de l'espace d'une prolifération d'algues.

L’importance de l’espèce

La star jelly, la mare’s eggs et le beurre de sorcière sont chacune des appellations pour l’algue d’un vert bleuté du nom de Nostoc commune (nom scientifique). Ce type d’algue a pour habitat les eaux douces de l’intérieur et les environnements humides. Elle compte parmi les grands producteurs d’énergie dans l’Arctique.

 

La régulation de l'azote

Le nostoc commune permet de recueillir et de réguler l'azote nécessaire à la croissance d'autres plantes arctiques.

Déplacer le curseur de la gauche vers la droite montre qu'une augmentation de l'azote en Arctique peut mener à une augmentation de la croissance des plantes et de l'activité animale dans des endroits où l'humidité est abondante, telle que les lacs et les étangs.

La zone verte représente Nostoc commune tandis que la zone bleue représente l'humidité.

Cette image montre que l'augmentation de l'azote ainsi fait la vie végétale et animale autour d'un étang.
 
Plus d'azote
Moins d'azote
 
 

Une composante de base

 

Le nitrogène est une composante de base pour toute forme de vie sur Terre. Dans l’Arctique où le nitrogène est peu abondant, le Nostoc commune capte et régularise le nitrogène dont se servent les autres plantes arctiques pour pousser. Sans ces algues bleues-vertes comme le Nostoc commune, la croissance des plantes serait plutôt limitée dans les régions arctiques.

 

Un aliment de survie

 

Le Nostoc commune est une algue comestible qui se mange pour sa valeur nutritive et par besoin de survie.

 

Une algue fertile

 

Le Nostoc commune est capable de se servir du nitrogène. Depuis des millénaires, les plantes et les humains utilisent cette algue dans la production d’engrais.