Lièvre arctique

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

Lièvre arctique

Lepus arcticus

Plusieurs animaux différents habitent l’Arctique. Le lièvre arctique est un des plus gros mammifères appartenant à la famille des léporidés, qui comprend les lièvres et les lapins. Le nom scientifique, Lepus Arcticus, veut simplement dire « lièvre de l’Arctique ».

L'image : Le crâne d'un lièvre arctique.

 
Point de vue en 3D : Lièvre arctique
 
 
Un gros plan des traits faciaux blancs et poilus du lièvre arctique.

L’importance de l’espèce

Bien que le lièvre arctique ne constitue pas une source alimentaire extrêmement importante pour les Inuits et d’autres autochtones du Nord, on le chasse souvent pour se nourrir. Traditionnellement, on utilisait la peau des lièvres pour fabriquer des vêtements pour enfants et des doublures de bottes d’hiver, tandis que les pattes arrière servaient de brosses à nettoyer. Les lièvres arctiques sont difficiles à repérer pendant la plupart des saisons en raison de leur changement de couleur saisonnier. Ils sont également reconnus pour se rassembler en d’importantes colonies dans certaines régions de l’Arctique.

 

Le lièvre arctique et le changement climatique

On trouve le lièvre arctique partout dans l’Arctique. Son habitat s’étend au nord de la limite forestière et traverse le Canada et le Groenland pour atteindre le littoral le plus septentrional des régions polaires boréales. Comme les lièvres arctiques occupent une très grande partie de l’Arctique, les répercussions du changement climatique sur eux sont incertaines. Elles pourraient être minimes sur l’habitat des mammifères, ces régions autrefois stériles étant susceptibles de connaître une croissance de leur végétation. Il est toutefois possible que d’autres animaux qui leur font concurrence se déplacent aussi vers le nord et empiètent sur leur habitat. Les effets de la variation du climat ne sont donc pas évidents.

Cette illustration montre la température de l'air sur Terre et comment il est prédit qu'elle changera sur une période de 90 ans. En déplaçant le curseur de gauche (2000) vers la droite (2090), la température de l'air augmente. Alors que le climat se réchauffe, la température de l'air va augmenter d'au moins 12°C.

Une carte montrant une augmentation de la température de l'air en 12C entre les années 2000 et 2090.
 
2090 (*température de l'air prévue)
2000 (température de l'air)
 
 

Les effets possibles du changement climatique

 

Étant donné que les lièvres arctiques occupent déjà la majeure partie de l’Arctique canadien, le changement climatique aurait très peu d’effets sur l’habitat où vivent ces mammifères. Des régions jadis arides seraient toutefois à même de voir une expansion de la végétation et de la nourriture, et par le fait même une augmentation du nombre de lièvres, en raison du réchauffement planétaire. Les lièvres arctiques ont évolué de façon à se confondre avec leur environnement pour échapper plus facilement aux prédateurs. Pendant les mois d’été, les lièvres qui habitent la région la plus nordique de l’Arctique ont un manteau presque complètement blanc, tandis que celui des lièvres qui vivent au sud est gris. Si le climat change, il n’est pas exclu que ces variations de couleur changent également.

 

Le cycle de reproduction

 

Au début du cycle de reproduction au printemps, les lièvres arctiques mâles manifestent un comportement unique qui peut avoir une influence sur l’empressement des femelles à s’accoupler. Une fois qu’elles amorcent leur cycle de reproduction, la « folie de mars » s’ensuit, et les mâles s’approchent de n’importe quelle femelle qu’ils voient pour la suivre et lui donner la chasse. Les lièvres arctiques femelles allaitent leurs petits selon un horaire de 18,5 heures au lieu de 24, comme c’est habituellement le cas. Quand une mère quitte ses levrauts après les avoir nourris pendant un court laps de temps, ils sont en mesure d’anticiper le moment où elle sera de retour plusieurs heures plus tard. Chaque jour, ils se rapprochent de l’endroit où ils la verront apparaître, ce qui apporte un changement quotidien à l’horaire et à l’emplacement de l’allaitement. Ces tactiques écartent la possibilité que des prédateurs découvrent et attaquent les petits.

 

Les capacités d’adaptation

 

Le lièvre arctique est plus gros que le renard arctique. Pendant l’hiver, la fourrure épaisse de ses oreilles et de son corps l’aide à réduire la perte de chaleur dans son rude environnement, tandis que celle de ses pattes arrière lui permet de s’asseoir pendant des heures dans la neige froide. Il se sert des griffes de ses pattes de devant pour creuser dans la neige et se nourrir de plantes qui se trouvent sous la surface enneigée. Les lièvres arctiques ont de grands yeux qui se trouvent sur le côté de leur tête. Cette position leur donne un champ de vision extrêmement large. Ils peuvent voir dans un rayon de presque 360° autour d’eux sans tourner la tête, ce qui rend difficile l’approche inaperçue de prédateurs.

 

Vidéo

 

Le lièvre arctique

Regardez cette vidéo d'un lièvre arctique.

 

Transcription : Le lièvre arctique

Narrateur :
Un lièvre arctique en position de repos dans la neige. Autre plan du lièvre arctique assis dans la neige. Il tourne la tête de gauche à droite. Un autre plan d'un lièvre arctique assis dans la neige. Il se lève subitement, regarde de gauche à droite et quitte.