Le Larix groenlandii

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

Le Larix groenlandii

Les paléontologues sont constamment en train de découvrir de nouveaux fossiles dans l’Arctique canadien. De forme et de taille multiples, les fossiles ne sont que des restes d’organismes préhistoriques.  Des mammifères terrestres aux poissons aquatiques, il existe aussi des fossiles de plantes et d’arbres.

L'image : Un arbre fossilisé appelé Larix groenlandii.

 
Point de vue en 3D : Le Larix groenlandii
 
 
Un champ d'arbres à feuilles persistantes et d'herbe rouge séchée.

L’importance de l’espèce

L’arbre préhistorique du Musée canadien de la nature est un Larix groenlandii (son nom scientifique).  Cet arbre gigantesque a poussé à l’ère pliocène il y a de cela entre 3 et 5 millions d’années.  À cette époque, l’Arctique canadien était couvert par de vastes forêts luxuriantes.

 

La dérive des continents

La Terre change continuellement. Les continents de la planète se sont déplacés pendant des millions d'années et continuent à le faire aujourd'hui. Ce phénomène géologique est connu sous le nom de dérive des continents.

Des périodes de temps géologique précises sont associées à ces dérives, quand la température de l'air et la vie sur Terre étaient très différentes de ce qui se voit actuellement.

Cette image interactive montre comment les continents de la Terre se sont déplacés au cours de millions d'années. Il y a de cela 400 millions millions d'années, les masses terrestres de la Terre étaient proches les unes des autres et à proximité de l'équateur. Environ chaque 100 millions d'années, il y avait des déplacements majeurs de masses terrestres. Depuis environ 10 millions d'années, les continents de la Terre ont occupé leur position actuelle.

Une carte du monde montrant les continents décalage entre 400 et 10 millions d'années.
 
Il y a 10 millions d'années
Il y a 400 millions d'années
 
 

La limite forestière

 

Si vous avez déjà pris l’avion en provenance du sud canadien vers l’Arctique, et profité de l’occasion pour regarder à travers le hublot, vous aurez constaté que les arbres semblent devenir plus petits pour ensuite disparaître entièrement. Voilà ! C’est la limite forestière, ou ligne qui démarque la zone où les arbres sont capables de pousser.

Toutefois, il y a entre environ 3 et 5 millions d’années, les arbres poussaient en abondance dans ce même secteur. Parmi ces arbres était le Larix groenlandii. Découvert sur le Fjord Strathcona sur l’Île d’Ellesmere, au Nunavut, ce fossile d’arbre a été trouvé par des paléontologues qui l’ont expédié au Musée canadien de la nature où il est maintenant conservé.

 

Un climat plutôt chaud

 

Les arbres s’épanouissent dans des climats plutôt chauds. À l’ère pliocène lorsque le Larix groenlandii poussait, les scientifiques pensent que la température moyenne de la région fluctuait probablement entre 14 et 19 °C, ce qui est très différent des températures arctiques actuelles.  Aujourd’hui, les scientifiques croient que la planète est en voie de réchauffement. Une augmentation de température entraînera-t-elle la croissance d’arbres géants dans l’Arctique ?

 

Un arbre momifié

 

Le Larix groenlandii est parfaitement préservé. Au lieu de l’appeler un arbre fossile, on s’y réfère souvent comme étant momifié en raison de la qualité de sa conservation due au climat sec.