L’Emiliania huxleyi

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

L’Emiliania huxleyi

Les scientifiques font référence aux algues comme étant des « protistes » ou un groupe d’organismes qui recueille l’énergie du soleil.  L’Emiliania huxleyi (son nom scientifique) est un groupe de protistes qui se trouve en abondance dans la plupart des océans du monde. Ces organismes unicellulaires créent autour d’eux des plaques de calcium, comparables à des écailles de poisson.

L'image : Un coup d'oeil microscopique sur Emiliania huxleyi.

 
Point de vue en 3D : L’Emiliania huxleyi
 
 
Une vue microscopique d'Emiliania huxleyi

L’importance de l’espèce

L’Emiliania huxleyi peuple la plupart des océans du monde ; cependant, il ne pousse pas dans la zone arctique.  Cette variété d’algue est liée à l’équilibre  entre la chimie des océans, et l’atmosphère de la Terre.

 

Les efflorescences

L’Emiliania huxleyi est de loin la coccolithophore la plus abondante des océans de la Terre ; quoique considérée omniprésente, pour le moment elle se trouve partout sauf dans les régions polaires. En période d’efflorescence massive, dans cette région ses concentrations cellulaires peuvent outrepasser celles de toutes les autres espèces combinées, ce qui représente 75 % ou plus du nombre total de plancton photosynthétique dans cette zone. Ces efflorescences sont parfois si vastes et reflétent tellement de lumière qu’un satellite peut les apercevoir de l’espace.

En déplaçant le curseur de la gauche vers la droite, regardez comment une efflorescence algale peut croître rapidement et qu'en une période de 10 jours elle devient si grande qu'elle peut être vue de l'espace.

L'image a une échelle de 150 kilometres.

Une vaste efflorescence algale qui croît dans les eaux côtières, sur une période de 10 jours, peut être vue de l'espace.
 
Dix jours
Zéro journée
 
 

Une croissance rapide

 

Doté d’une capacité de division cellulaire rapide, l’Emiliania huxleyi prolifère donc en grand nombre. Cette algue se multiplie pour devenir une vaste masse épaisse, visible même de l’espace.

 

Un paradoxe végétal

 

On appelle « efflorescence » toute grosse masse d’algues. En raison de leur taille, les efflorescences peuvent avoir un effet considérable sur les températures d’un océan. Ce type d’algue se sert de la photosynthèse pour capter le gaz carbonique dans l’océan et l’atmosphère; en revanche, ces efflorescences dégagent du dioxyde de carbone dans l’océan et l’atmosphère, ce qui entraîne le réchauffement de l’air et de l’eau.

 

Une migration vers les eaux de l’Arctique ?

 

Les scientifiques sont en train d’étudier comment un changement de température dans les eaux de l’Arctique pourrait provoquer une croissance d’efflorescences d’Emiliania huxleyi. Ceci pourrait avoir des effets sur le milieu marin actuel de la région, et aussi sur toute forme de vie qui pourrait migrer vers ces lieux à la recherche d’une nouvelle source d’alimentation, ou d’un climat plus tempéré.

En revanche, les changements climatiques affectent aussi le pH de l’océan. Une baisse de pH pourrait facilement avoir un effet négatif sur l’Emiliania huxleyi, réduisant son nombre et sa distribution à travers le monde. Voilà le parfait exemple d’un paradoxe mondial provoqué par des changements climatiques et environnementaux.