Le Dinophysis acuta

 
Déplacez pour faire tourner le spécimen

Le Dinophysis acuta

Le plancton représente l’ensemble des organismes microscopiques qui voguent à la dérive sur, ou nagent dans, les courants marins. Le phytoplancton, ce sont des microorganismes photosynthétiques si productifs qu’ils sont responsables pour la génération et le maintien de la grande majorité de l’oxygène sur la Terre.

L'image : Un coup d'oeil microscopique sur Dinophysis acuta.

 
Point de vue en 3D : Le Dinophysis acuta
 
 
Une illustration de Dinophysis acuta.

L’importance de l’espèce

À travers le temps, certaines espèces se sont adaptées afin de pouvoir survivre en milieux rigoureux tout en figurant malgré tout parmi les espèces les plus productives de la planète. Le Dinophysis acuta (son nom scientifique) est une espèce de phytoplancton qui se présente en petit nombre dans les eaux froides de l’Océan Arctique.  Il détient non seulement la capacité de soutirer son énergie du soleil pour créer de l’oxygène et de la nourriture, mais possède aussi le potentiel d’ingérer sa proie et les particules en suspension.

 

De hauts niveaux de toxines

Plusieurs espèces arctiques, comme les mollusques et les crustacés, se nourrissent de Dinophysis acuta, un élément important à la base de la chaîne alimentaire de l'Arctique. Ce type de plancton est susceptible de produire des toxines qui se transmettent aux mollusques et aux crustacés. Les prédateurs qui s'alimentent avec des mollusques et des crustacés et qui ingèrent ces toxines peuvent être malades et mourir.

Ce graphique informatif montre les effets que peuvent entraîner de hauts niveaux de toxines sur la vie marine. Une étendue d'eau non-toxique permet aux poissons et au reste de la vie marine de prospérer. En même temps que les toxines augmentent dans un lac, l'écosystème devient pollué et la vie marine commence à diminuer.

Un lac plein de poissons en bonne santé. Le poisson commence à expirer avec une augmentation des niveaux de toxines.
 
De hauts niveaux de toxines
Sans toxines (Vert équivaut à toxines)
 
 

Un festin toxique

 

Sous des conditions environnementales spécifiques, le Dinophysis acuta peut produire des toxines associées aux intoxications par phycotoxine diarrhétique (IDM).  Comme le suggère ce nom, les crustacées qui se nourrissent de cette espèce peuvent emmagasiner les toxines dans leurs tissus. Si par la suite d’autres espèces ingèrent ces crustacées, le taux de concentration de ces toxines est transférérés à ceux qui les mangent et ce, chez l’humain aussi.  Ceci peut provoquer des vomissements et de la diarrhée, et peut même être mortel.

 

Les changements climatiques et les changements de taux de toxines

 

Les scientitifiques ont suggéré qu’au fur et à mesure que les eaux se réchauffent et deviennent plus riches en nutriments, les niveaux de toxines produits par le plancton pourraient augmenter aussi.  Est-ce qu’un changement climatique dans l’Arctique pourrait modifier comment le Dinophysis acuta est distribué, et quel est le nombre de différentes souches potentiellement toxiques qui pourraient s’y introduire?

 

Comment ont-ils évolué ?

 

Beaucoup de dinoflagellés, y compris le Dinophysis acuta, possèdent des phases de vie multiples qui leur permettent d’être plus diversifiées sexuellement et asexuellement que la plupart des autres formes de vie, incluant l’être humain.

 

Vidéo

 

Ça bouge!

Observez un dinoflagellé d'eau douce qui bouge sous un microscope.

© Vidéo par Dr. Michael R. Gretz, Michigan Technological University

 

Transcription : Ça bouge!

Narrateur :
Une dinoflagelle d'eau douche vue d'un microscope : elle semble nager en rond. Un autre point de vue microscopique d'une microflagelle d'eau douce : elle semble bouger d'une manière plus linéaire cette fois-ci.