Le départ – Le samedi 4 août

Il est un peu difficile d’expliquer ce qui est arrivé hier – je dirais que c’est un miracle. Nous nous sommes réveillés pour découvrir que la condition des glaces dans le port d’Iqaluit n’avait pas changé et que le vent ne soufflait toujours pas sur la surface gelée pour l’emporter. La situation semblait désespérée et nous n’avions presque plus d’options. J’ai appelé La Garde côtière encore une fois afin d’expliquer la situation. Le capitaine Sylvain Bertrand du NGCC Des Groseilliers a consenti à nous aider et il est venu à notre rescousse. Il ne s’agissait pas d’une mince affaire pour La Garde côtière.

Même si le Des Groseilliers est un brise-glace, le fait de secourir notre équipe en détresse signifiait qu’il fallait rapprocher le navire du port pendant la marée haute, tout en ayant un laps de temps limité pour agir. Heureusement, la marée était inhabituellement haute en raison de la pleine lune. Le karma était finalement de notre côté! Nous avons néanmoins été fascinés par l’habileté à naviguer exceptionnelle du capitaine Bertrand et de son équipage.

Notre équipe s’était bien préparée en vue de l’arrivée du Des Groseilliers, car nous savions que nous n’avions que trois heures pour passer d’une barge au navire de La Garde côtière avec tout notre équipement, et de là à bord des Zodiacs pour un autre transfert sur notre navire, l’Akademik Ioffe. Nous avons chargé les barges d’étudiants qui devaient demeurer assis pendant que nous avancions péniblement dans les glaces pour parvenir au navire de La Garde côtière. L’équipage était enthousiaste à l’idée de nous donner un coup de main et de participer à l’expérience. Il va de soi que sans eux, notre expédition était en péril; il est tout simplement impossible de les remercier comme il se doit.

Toute notre équipe était à bord du navire de La Garde côtière à 22 h 30 et à partir de là, nous devions quitter le port avant la marée basse. Il fallait traverser un étroit passage, mais nous y sommes arrivés juste à temps. L’heure suivante s’est passée à avancer dans les glaces en direction de l’Akademik Ioffe.

Nous avons finalement atteint notre navire d’expédition à 23 h 30. Il faisait noir, mais la lune était pleine. Nous avons ensuite utilisé les Zodiacs pour tout transférer, les membres de l’équipe y compris. Quelle opération! Le tout a pris fin à 0 h 30 ce matin. Nous avons reçu un accueil chaleureux et enthousiaste de la part de notre capitaine et de l’équipage.

Toute l’expérience s’est révélée presque surréaliste et l’aventure nous a sûrement appris quelque chose au sujet des voyages dans le Nord – l’importance d’être patients et d’avoir du ressort, tout en respectant les forces redoutables et imprévisibles des glaces. C’est dame nature qui est au contrôle ici, et nous devons nous rappeler sans arrêt que ces types d’expéditions dans l’Arctique ne sont pas de tout repos. Nous avons aussi appris l’importance de rester positifs et de garder nos énergies intactes. Un bon karma fonctionne vraiment!