Dernières pensées au sujet de l’Arctique – Le samedi 11 août

Les expéditions en Arctique font vivre une foule d’expériences nouvelles. Les expéditions Students on Ice exposent les étudiants aux réalités arctiques en utilisant tous leurs sens : la vue, l’ouïe, le goût, le toucher et l’odorat.

Dans ma liste, j’ai placé la vue tout en haut. Le souvenir le plus vif que je garde de l’expédition, jusqu’à maintenant, est l’immensité du paysage de l’Arctique. Peu importe où on se trouve, notre vue s’étend sur des kilomètres. L’Arctique ressemble à un monde sans fin. J’ai un appareil-photo, mais il m’arrive souvent de contempler l’immensité du paysage pour en graver l’image dans ma mémoire.

Par la suite, j’ai entendu les vents souffler dans la toundra. Quand nous sommes restés immobiles pour écouter le vent souffler à proximité d’un lieu de travail, j’ai eu le sentiment que nous faisions, en quelque sorte, partie de la toundra. Ça a été une expérience relaxante et apaisante.

Le goût est numéro trois sur ma liste, surtout à l’heure des repas. Après avoir passé toute la journée dans le froid, il est tout simplement divin de pouvoir prendre une boisson et un repas bien chauds sur le bateau. Personne ne réussit à savourer aussi bien chaque bouchée qu’après avoir travaillé dans l’Arctique.

Pendant ma chasse aux microbes, je me suis servi beaucoup du sens du toucher. En touchant des rochers sous l’eau, de la boue ou des plantes, je peux ressentir s’il y a des micro-organismes à cet endroit. Parfois, le toucher me disait que presque rien ne poussait ou ne vivait sur un rocher donné, tandis que les surfaces d’autres rochers étaient couvertes de micro-organismes.

Les odeurs ou le manque d’odeurs est une chose que je remarque à bord du bateau. Comparativement aux odeurs que l’on sent chez soi—celles des autos, des bâtiments, des arbres et des fleurs—l’équilibre des odeurs, ici, est rafraîchissant.

Je pense vraiment qu’il est important de garder ses sens en éveil pour apprécier pleinement une expédition dans l’Arctique.