Sur le navire d’expédition – Le mercredi 8 août

Nous devons demeurer à bord du navire pendant quelques jours. Lorsque je ne suis pas engagé dans des activités qui m’occupent pendant une bonne partie de la journée, je me retire, tranquille, pour lire des articles qui ont accumulé la poussière dans mon sac et qui traitent de dinosaures dans l’Arctique. Cette idée est tellement captivante, du moins pour moi. Au moment où nous faisons le tour de cette terre froide et dépourvue d’arbres en bateau, il est difficile de croire que la région était autrefois l’habitat de telles créatures. Le fait de penser que l’Arctique était un milieu chaud, presque tropical, idéal pour les dinosaures, avec des forêts luxuriantes, des marécages et des buissons, est remarquable. Également remarquable est la possibilité d’une migration des hadrosaures.

La mâchoire d’un jeune hadrosaure a été trouvée sur Bylot Island en 1989. Une petite section de sédiments crétacés a aussi révélé les restes d’un dinosaure et la perspective d’autres découvertes à l’avenir. Si je me glissais hors du navire, que je prenais un Zodiac et que je me rendais sur l’île, je me demande si l’on remarquerait mon absence. Je crois que je vais rester à bord une autre journée.